17 janvier 2008

De vie à trépas

Johnny Blaze est de retour dans le quatrième tome des 100% Marvel consacrés à Ghost Rider. Deux arcs sont au programme.

Notre joyeux motard tout droit échappé de l'enfer doit faire face au Prince des Ténèbres en personne qui, comme nous l'avions vu dans l'épisode précédent (cf "Cercle Vicieux"), s'est désintégré en 666 morceaux qui ont chacun pris possession d'une personne récemment décédée. Ghost Rider compte bien anéantir ces revenants, malheureusement, à chaque fois qu'il en élimine un, les autres deviennent plus puissants, jusqu'au bouquet final où le dernier "survivant" devrait s'approcher de l'invincibilité. C'est fou comme les gens ont tendance à être encore plus chiants morts que vivants ! ;o)

La première histoire, Hell to Pay (en deux épisodes) commence par un moment assez réussi d'humour noir et possède un graphisme très typé, presque grotesque, qui permet de donner à l'ensemble un goût de folie qui convient bien à la série. On n'échappe malheureusement pas à certains persos dessinés parfois de manière approximative.
Le second arc, The Legend of Sleepy Hollow, Illinois, est estampillé "Casualties of War". Qu'est-ce que les victimes de Civil War viennent faire là-dedans me direz-vous ? Eh bien, tout simplement, Blaze affronte ici Jack O'Lantern, un criminel employé par le SHIELD pendant la guerre civile afin de traquer les rebelles. Notre bonne tête de citrouille s'était faite exploser la trogne par le Punisher mais apparemment, cela ne l'empêche pas d'être de retour !
Les dessins sont ici plus soignés pour ces quatre épisodes.

Toujours Daniel Way au scénario, accompagné, au crayon, par Javier Saltares, Mark Texeira et Richard Corben (qui avait illustré récemment L'antre de l'horreur). Voilà une ambiance démoniaque et horrifique qui change un peu des combats de Masques dans New York. La série commence à prendre ses marques, nous baladant à travers l'Amérique profonde et nous faisant découvrir ses spécialités locales et autres criminels en tout genre.
Sympathique (et bien plus réussi que le précédent tome) même si le personnage principal n'est pas, et de loin, le plus charismatique de l'univers Marvel.