10 juin 2007

Bruits de bottes

La guerre s'est installée partout et durablement, à tel point que les 4 séries regroupées dans le Marvel Icons #26 sont toutes dédiées aux évènements de Civil War. Entre cas de conscience et bruits de bottes, l'heure est grave.

Nous ouvrons les hostilités avec New Avengers. La série est centrée autour de Sentry. Ce dernier se demande qu'elle position adopter dans le conflit qui a divisé les Vengeurs. Un choix cornélien qui n'est pas sans poser de problèmes à un Reynolds hanté par le souvenir de Void et encore très fragile psychologiquement. Pour faire le point, il se rend sur la lune (ah ben quand on a les moyens, pourquoi on se gênerait ?) où les Inhumains l'attaquent. Ceux-ci sont en effet en conflit avec la terre depuis que Quicksilver a trahis leur confiance en leur dérobant les brumes tératogènes (cf Son of M).
Un épisode en demi-teinte, pas forcément crucial mais qui a le mérite de remettre Sentry sur le devant de la scène. Les dessins de Ferry ne sont pas exempts de défauts, les proportions sont notamment parfois étranges (cf les bras du Daredevil de la première planche).

Pour les Fantastic Four, rien ne va plus. Le groupe a en effet explosé suite aux dissensions internes qui le minaient. Susan Richards et son frère ont rejoint les rebelles, quant à Ben, il quitte le pays et s'embarque pour Paris. A ce sujet, il précise que le fait de porter un béret lui plairait assez, c'est vrai que l'on en porte tous hein. D'ailleurs, moi, j'ai toujours un mal fou à quitter le mien. Oh, mais qu'est-ce qui me gratte sous le bras ? Ah, suis-je bête, c'est ma baguette ! ;o)
L'on trouve à deux reprises dans cet épisode des extraits de la chanson "Wernher Von Braun". Il s'agit bien sûr du physicien nazi exfiltré par les américains après la guerre. Il contribua à la mise au point du premier missile US et surtout fut l'un des principaux responsables du programme spatial américain. Cette chanson parodique qui lui est consacrée est signée Tom Lehrer, ancien prof de Math devenu l'auteur de nombreux textes satyriques souvent assez drôles et très acerbes. Ce n'est que secondaire dans l'histoire m'enfin, vu que Lehrer n'était cité nulle part, cela méritait bien une petite précision.
Une excellente histoire en tout cas, très tendue, parfaitement scénarisée par Straczynski et dessinée par McKone.

Dans Captain America, Sharon Carter tente de convaincre Rogers de cesser sa lutte contre le Superhuman Registration Act et le gouvernement. Cap n'est pas facile à convaincre et Sharon se retrouve déchirée entre sa loyauté envers le SHIELD et son amour pour Steve. Quant à Crâne Rouge, il tire encore quelques ficelles dans l'ombre tout en se réjouissant du combat fratricide qui décime les héros.
Un épisode assez sombre et intimiste de Brubaker et Perkins.

L'on-going Iron Man retrouve sa place dans le mensuel Marvel Icons après une longue absence (les 12 premiers épisodes ont tout de même été édités, en Graphic Novel pour l'arc Extremis et en Marvel Icons Hors Série pour Execute Program). L'on retrouve ici un Tony Stark moins sûr de lui et hanté par ses choix. Les politiques, de droite comme de gauche, qui tentent de le récupérer pour servir leurs ambitions lui pèsent énormément. Malgré tout, Stark sait qu'il doit continuer la mission qu'il s'est fixée, non seulement pour protéger les civils des dérapages de surhumains non formés et incontrôlables mais aussi pour veiller à ce que les partisans du recensement n'aillent pas trop loin. Etant à la fois proche du gouvernement et de la communauté super-héroïque, il s'estime ainsi idéalement placé pour mener les réformes nécessaires sans trop de fracas. Un espoir qui n'a pas franchement été couronné de succès pour le moment...
C'est à Daniel & Charles Knauf que l'on doit cette histoire, le dessin, lui, est de Patrick Zircher. Un épisode intéressant rendant justice à un Tony Stark qui est loin d'être le monstre froid que certains décrivent parfois.

Et pour terminer, 3 courtes planches issues de Frontline et évoquant la déportation de plus de 100 000 japonais en 1942 alors que les Etats-Unis craignaient une invasion nippone de leur côte ouest. Signalons que les camps dont il est question ici n'ont rien à voir avec l'horreur des camps nazis. Les japonais étaient fort bien traités (l'espérance de vie y était supérieure que dans le reste du pays) et étaient nourris, logés, soignés, vêtus et éduqués. Ceci est d'ailleurs très honnêtement précisé dans le petit texte d'introduction.
Bref, un Marvel Icons passionnant et entièrement plongé dans les affres de la guerre. Toutes les séries sont vraiment agréables à lire et tiennent la route graphiquement, dans des styles suffisamment différents pour éviter toute lassitude. A ne pas rater donc.

Don't say that he's hypocritical
Say rather that he's apolitical
"Once the rockets are up, who cares where they come down ?
That's not my department", says Wernher Von Braun.
You too may be a big hero
Once you've learned to count backwards to zero
"In German oder English, I know how to count down
Und I'm learning chinese", says Wernher Von Braun.
Extrait de Wernher Von Braun de Tom Lehrer