16 mars 2010

Zombie Highway : braqueurs vs morts-vivants

Les comics avec zombies "inside" ont plutôt le vent en poupe en ce moment. Petit retour sur Zombie Highway, une variation pleine d'humour et de situations improbables.

Yeti, Tag, Mouse et Kuji sont des voyous engagés pour dérober un livre ancien traitant de puissances occultes. Le cambriolage ne se passe pourtant pas très bien puisque les voilà cernés par la police et retranchés dans une maison isolée. Alors que la situation semble être dans une impasse, les quatre voleurs sont tirés d'affaire grâce à un retournement de situation inattendu : les flics viennent d'être dévorés par des morts, revenus à la vie !
La petite bande en profite pour tailler la route. Cependant, les zombies ne sont pas - et de loin - leur seul sujet de préoccupation. Non seulement le type à qui ils doivent remettre leur butin s'avère être un véritable psychopathe, mais en plus, les rencontres qu'ils feront en chemin ne seront pas toutes très agréables, surtout lorsqu'il s'agit d'une bande de ploucs à la gâchette facile...

Des zombies l'on connaît les versions Marvel, l'aspect dramatique et réaliste de The Walking Dead, ce que Hitler a voulu en faire ou encore leur présence inquiétante dans la moite torpeur de Floride. Cette fois, nous allons en découvrir un côté bien moins effrayant avec ce Zombie Highway écrit par Jason Pell et dessiné par Roberto Viacava.
Le ton est tout de suite donné avec l'un des protagonistes qui, pour échapper aux hordes affamées, se retrouve rapidement à moitié nu puis très bizarrement vêtu. Chaque membre du quatuor tient d'ailleurs un rôle précis : le souffre-douleur, le taciturne qui bute tout le monde, le boss qui a la tête sur les épaules et le frimeur un peu chiant. Cela pourrait
paraître caricatural si ça ne fonctionnait pas finalement très bien. Ainsi, entre les (rares) attaques de zombies et une sorte de remake soft de Deliverance, le lecteur a surtout droit à des moments loufoques, que ce soit une drague un peu poussée d'un patron de bar ou encore une envie de monopoliser les toilettes qui se termine de façon assez violente. ;o)
Si le premier tome est en noir et blanc, le deuxième gagne à passer à la couleur. Les deux sont disponibles en VF chez Wetta Worldwide. Si vous avez du mal à trouver le premier, sachez qu'il est encore disponible sur Cuult (site testé : envoi très rapide et emballage béton).
D'un point de vue pratique, l'éditeur nous offre une adaptation sérieuse, avec hardcover, papier glacé et une traduction de qualité. Une occasion de rappeler le professionnalisme dont fait régulièrement preuve Frédéric Wetta, que ce soit à travers des titres super-héroïques (Batman vs Predator) ou plus rock n' roll (Kiss).

Une lecture agréable et divertissante, sur un ton décalé et sans prétention.