18 octobre 2010

Marvel Zombies : le retour de trop

Les têtes d'affiche du marvelverse reviennent dans Marvel Zombies Return. Les héros ont toujours aussi faim et continuent d'attirer les mouches...

Le Spider-Man zombie, éjecté de sa dimension, arrive sur la terre-Z, encore intacte et vierge de toute épidémie. Peter tente de contenir sa faim et souhaiterait se racheter, mais ne pas manger autrui lorsque l'on est un mort-vivant s'avère un pari relativement difficile à tenir, surtout lorsque Spidey aperçoit Mary Jane et se souvient de son goût délicieux...
Tony Stark, lui, se noie dans l'alcool depuis des mois et paraît bien amorphe lorsque Giant-Man débarque pour déguster ses employés. C'est donc James Rhodes qui va intervenir et endosser le rôle d'Iron Man.
Ce n'est pas tout, un Wolverine, pas plus frais que son confrère arachnéen, se met à boulotter du ninja alors que Hulk, de son côté, revient d'un exil forcé pour se venger des Illuminati. Il passe d'abord par la lune où il constate que Black Bolt et ses sujets sont bien mal en point...
Il reste bien un petit espoir, des nanites qui dévorent la chair putréfiée des zombies, mais le temps joue contre l'humanité car, à chaque instant, les rangs des monstres augmentent.

Après les peu réjouissants tomes #4 et #5, qui ne parvenaient pas à retrouver le ton transgressif et l'humour des premières mini-séries de Kirkman, l'intérêt d'un nouvel opus semblait plus que limité. D'autant que Fred van Lente continue d'officier comme scénariste sur deux des cinq épisodes, sans avoir vraiment jusqu'ici excellé sur le titre. Les autres chapitres sont signés David Wellington, Jonathan Maberry, et Seth Grahame-Smith. Pour la partie dessin, ce sont Nick Dragotta, Wellinton Alves, Andrea Mutti, Jason Shawn Alexander et Richard Elson qui sont aux crayons.
Chaque épisode est centré sur un héros en particulier : Spider-Man, Wolverine, Iron Man et Hulk (plus un final avec un peu tout le monde). Le plus réussi est sans conteste celui mettant en scène le Monte-en-l'air, avec de l'humour noir, de vraies scènes dérangeantes et même de nombreuses références au passé de Spidey. Malheureusement, la suite est beaucoup moins bonne et retombe dans le prévisible et le fadasse. En gros, on se castagne, on se mord, on balance des tripes sur les murs, et on recommence. Le problème, encore une fois, vient du fait que l'effet de surprise est passé et que les histoires ne sont ni drôles, ni effrayantes, ni même particulièrement originales ou palpitantes.
Marvel exploite donc le filon sans chercher à se renouveler. Le résultat est assez ennuyeux, et même si les auteurs tentent d'intégrer certains évènements connus (comme World War Hulk) à l'ensemble, il est difficile d'éprouver autre chose qu'un sentiment de déjà-vu et un ennui profond.

A part le premier épisode, le reste tourne rapidement à la série Z, avec un "Z" qui ne signifie pas "zombies" mais plutôt "zéro".
A éviter.